Missing 44 (2010)

Publié le par AsiaLoverSun

Missing 44 (2010)

61-5M29IRWL.jpg

info download

MISSING 44
ミッシング44
Année : 2010
Genre : Action, Pinku, Drame
Production : Prime Wave
Réalisation : Koshizaka Yasushi
Avec : Usano Hitomi, Tanno Tsubaki, Aiba Ruby (aka Aiba Rubi), Haruya Tsubasa (ex-Shiina Riku), Asaoka Mirei, Nakata Hiromi, Okushima Kôta, Kamiyoshihara You

 

Attention !! Scènes de nudité et de violence réservé à un public averti !!


Quatre lycéennes sont kidnappées puis séquestrées dans un mystérieux complexe. Marquées au fer, elles répondront dorénavant au numéro inscrit dans leurs chairs : 41, 42, 43 et 44. Des quatre jeunes filles, c’est 44 qui aura le plus de mal à survivre aux cours forcés quotidiens. Des leçons qui se concluent chaque soir par un classement, dont la plus mauvaise élève est au final torturée si ses petites camarades ne répondent pas correctement à un quizz sadique.

Et tout ça pour…être vendues aux enchères à des personnes malintentionnées.

 

e1da3388c1131d3a04082464a23eb634

FileServe

Movie: http://www.fileserve.com/file/ppZkWah
Subtitles: Aucun

 

MegaUpload

Movie: http://www.megaupload.com/?d=CK33KCEL
Subtitles: Aucun

AsianCinematic.com

3qeus3z

Critique échec et (ciné)mat

C’est avec une impatience certaine que j’attendais le retour du réalisateur Koshizaka Yasushi, déjà responsable de l’excellent MAN HUNTING, tout petit film réalisé avec des bouts de ficelle mais qui parvenait malgré tout à dégager une atmosphère très prenante. C’est donc la déception qui prévaut après le visionnage du dernier DTV de l’intéressé. MISSING 44 n’est au final qu’un tout petit pinku, pas franchement bien réalisé à l’exception d’un ou deux mouvements de caméra corrects (dont une belle vue en plongée sur les lycéennes, depuis la chaise d’une suppliciée). Pour le reste, c’est du travail bâclé, et la mise en scène est à peine digne d’un drama, désamorçant par la même occasion la gravité de situations qui tournent souvent au grotesque.

Le problème majeur de MISSING 44, outre sa réalisation peu inspirée (mais après tout pour du V-Cinema, hein…), c’est surtout que tout cela est foutrement mal équilibré. Le film va en effet soit trop loin (viol nauséabond avec du nattō, lycéennes séquestrées), soit pas assez (les meurtres, on ne les voit pas vraiment, idem pour les scènes sexuelles). On en vient alors à douter du film qu’on a devant les yeux : MISSING 44 est-il plutôt un pinku pas suffisamment sexy, un SAW-like qui n’est jamais extrême, ou au contraire un drame carcéral dans lequel il y a trop de fesses et de supplices ? On tient donc là le plus grand problème de MISSING 44 : le film a le cul assis entre deux chevalets – de torture.

Pour être apprécié, MISSING 44 doit donc être pris comme un nanar sexy et débile, avec quelques toutes petites scènes de torture d’un cheap affligeant. Considéré comme un nanar, le film devient alors regardable. On s’amusera en effet des scènes dramatiques plombées par la lourdeur de la réalisation (photographie maladroitement salie) et le manque de talent des actrices (AV idols, dont Shiina Riku déjà vue chez Zen Pictures), et on prendra carrément son pied lors d’un cours de français…durant lequel les lycéennes devront répéter une phrase…avec une erreur (oui il a fallu que les staffs du film fassent une faute alors qu’ils n’avaient qu’une phrase en français à intégrer au film – voir la vidéo ci-dessous). Autre bon point : parmi les quatre prisonnières, deux filles seront prêtes à tout pour survivre, quitte à sacrifier l’une d’entre elles. Oui tous les coups (de langue, surtout) sont permis : ça ajoute un peu de piment dans une histoire somme tout relativement fade.


MISSING 44 se conclura par une vente aux en-chair interminable ponctuée par un cliffhanger plutôt sympathique, annonçant la suite : MISSING 44 THE FINAL STAGE, prévue pour le mois de décembre 2010.

Publié dans FILMS

Commenter cet article