The Iron Bodyguard / Da Dao Wang Wu (1973)

Publié le par AsiaLoverSun

    The Iron Bodyguard / Da Dao Wang Wu (1973)

1568215h.jpgAnnée : 1973 (décembre)
Durée :  93 minutes
Genre : arts martiaux
Catégorie II
Réalisateur : Chang Cheh, Pao Hsueh Lieh
Producteur : Run Run Shaw
Scénariste : 
Ni Kuang
Chorégraphes :
 Tang Chia, Liu Chia-liang
Photo : Yuan Ting-pang

Musique: Chen Yung-Yu

 
Interprètes : Chen Kuan Tai, Lily Li Li-Li, Danny Lee Sau-Yin, Yueh Hua, Lo Dik, Tung Lam, Kong Do, Chiang Nan, Booi Dai, Li Min Lang, Hsu Hsia, Hoh Gong, Fung Hak On, Wu Chih Ching, Wong Kwong Yue, Wong Ching Ho, Shum Lo, Cheung Ging Boh, Liu Wai, Goo Man Chung, Dean Shek Tin, Lam Fung, Ricky Hui Koon-Ying, Cheung Hei, Lei Lung, Lee Sau Kei, Wong Mei, Chik Ngai Hung, Lo Wai, Lee Pang-Fei, Wong Pau Gei, Dang Tak Cheung, Chan Dik Hak, Yen Shi-Kwan, Wan Faat, Huang Ha, Wong Shu Tong, Chow Yun Gin, Chui Fat, Lau Jun Fai, San Sin, Lee Chiu.

 

Histoire : 

Fin de la dynastie Ching, l'Impératrice Ci XI porte l'empire du bout des bras. Un grand bourgeois, respecté par le peuple comme par le pouvoir, s'allie avec un seigneur réformateur pour tenter de transformer les institutions chinoises. Les politiques en place n'auront de cesse de les empêcher de répandre leurs idéaux.

cavaliers Chen Kuan Tai et Yueh Hua
des méchants pas beaux duel dans la rue

e1da3388c1131d3a04082464a23eb634Télécharger The Iron Bodyguard en VOSTFR :


3qeus3z

Critique de David-Olivier : 

Iron Bodyguard pourrait, historiquement, être mis en parallèle avec The Last Tempest de Li Han Hsiang : on y retrouve ces mêmes lettrés désireux de faire entrer une Chine forte et indépendante dans le vingtième siècle. (Il est d'ailleurs amusant de constater que Yueh Hua interprète, dans ces deux films, le leader des réformateurs !) Et si l'on ne voit pas l'Impératrice Ci Xi, on sent bien sa présence dans les manœuvres politique de la cour.
Chang Cheh et Pao Hsueh-Li (connu aussi sous le nom de Baau Hok Lai), ancien technicien devenu metteur en scène, nous livrent un film sur l'amitié entre deux hommes... et seulement ça ! Le scénario est désespérément vide : on attend des rebondissements qui n'arrivent jamais (le personnage joué par Yueh Hua est-il sincère ou tend-il un piège à Chen Kuan Tai ?), une émotion qui reste latente, un scénario teinté d'histoire politique qui ne décolle pas... Au lieu de ça, les poncifs chers au cinéma de Chang Cheh s'accumulent (même si on murmure que Iron Bodyguard n'a bénéficié de son nom au générique que pour d'évidentes raisons commerciales), ponctués de trop nombreux zooms d'un autre âge : héroïsme forcené, bravoure, honneur, loyauté... jusqu'à une mort sanglante et grandiloquente.
Pour les combats, c'est le minimum syndical que nous offre l'éternel duo Tang Chia et Liu Chia-liang. Forts honnêtes, mais cruellement décevant : seule une longue scène de carnage, à l'occasion d'un piège tendu à Chen Kuan Tai et ses troupes, mérite qu'on s'y arrête. Ils se rattraperont bien heureusement par la suite !

le chef des méchants le chef des méchants boit un coup

 

Publié dans FILMS

Commenter cet article